• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Nos soirées au restaurant

Nos soirées au restaurant - Nancy Crisler

Il m’arrivait très souvent d’attendre une de mes amies après le travail, dans une librairie du centre-ville de Montréal, à l’abri de la neige et du froid. C’était tout ce que j’avais trouvé comme astuce, pour l’apercevoir dès qu’elle sortait de son travail, pour nous diriger ensuite vers un des restaurants de la rue Saint-Denis. C’était pour moi, la seule façon de décompresser de mes journées stressantes. Ce qu’il y avait de bien, quand je l’attendais dans cette librairie, c’était que j’avais toujours le temps de feuilleter un livre, ou un magazine qui allait me servir de sujet de discussion quelques minutes plus tard. J’avais tendance à aimer taquiner mon amie, à toujours vouloir ramener ma science, comme si je possédais tout le savoir du monde. Il y avait aussi autre chose que j’appréciais beaucoup en feuilletant quelques livres dans cette librairie, c’était de passer de thème en thème, tout autant étranger, les uns des autres. Je pouvais tomber sur un livre sur la maternité, en passant par un livre d’informatique concernant le travail de specialiste AdWords, et terminer sur un roman féerique, ou policier. J’avais l’embarras du choix. La seule chose qui était difficile, c’était de ne pas tout mélanger par la suite.

En fait, il m’arrivait souvent de tout mélanger. C’était juste après le troisième, ou quatrième verre. Il y avait quelques interférences dans mon cerveau qui faisait que, les quelques sujets de lecture que j’avais faits quelques heures plus tôt se trouvaient associés dans des contextes totalement improbables. C’était ce qui plaisait le plus à mon amie. Elle adorait m’écouter après quelques verres, refaire le monde en quelques phrases. Elle prenait un plaisir fou à entendre sortir de ma bouche, plein de sornettes et d’élucubrations, dignes des arracheurs de dents d’antan. Je me disais bien qu’il y avait une raison qu’elle ne refuse jamais ma compagnie pour aller au restaurant chaque vendredi. De là à ce que ce soit moi la distraction, cela me touchait un peu. Un jour, je décidais de ne pas prendre une goutte d’alcool. Je restais sobre pendant toute la soirée à écouter les autres. Deux heures passèrent, et je n’avais encore prononcé aucune bêtise. Bizarrement, le temps me paraissait plus long que d’habitude. Mon amie face à moi, n’avait même pas touché à son plat. Je ne sais pourquoi, je me rendais compte pour la première fois que l’on mangeait très mal dans ce restaurant. C’était d’une fadeur ! L’atmosphère aussi.

À propos de l’auteur :

author

Étudiante en psychologie à l’université, j’ai ouvert ce blogue au départ pour un travail de session mais ce blogue s’est vite transformé en véritable passion. Dorénavant, vous pouvez me lire au quotidien: non seulement sur mes réflexions liées à mes études mais aussi sur mon quotidien. J’y parle de quoi? Eh bien, de tout et de rien : histoires de famille, immobilier, mode, sport, tourisme et j’en passe. Parce que oui, il y a tellement à parler et à partager. C’est là toute la beauté de la vie non? Bienvenue dans mon espace en ligne.